AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité


THIS IS ME

MessageSujet: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   Dim 14 Juil - 15:24

Se caressant le ventre, Yuna sourit, rassasiée. Haruka avait eu raison de lui faire découvrir ce petit restaurant. Les pâtisseries y étaient vraiment délicieuses. De plus elle était rassurée, elles avaient su trouver quoi concernant leurs amies gossips. C’était un bon point. Sa vie tournait à nouveau dans le bon sens, le bonheur la regagnait peu à peu. Il ne manquait plus que Tori et Eichi auprès d’elle et la jeune femme serait comblée. Marchant dans la rue avec les prunelles admiratives en direction du ciel, la louve ne pouvait s’empêcher de sourire. Bien que les marques de fatigue ressortaient, que les traces de ses larmes étaient encore présentes sur ses joues pâles, Yuna s’en fichait parce qu’elle les avait retrouvé. Petit à petit, tranquillement, sa forme d’en temps reviendrait. Elle s’imaginait l’avenir et se ressassait le passé aussi. Tant de choses l’avaient chamboulé, elle se demandait à présent si tout aurait été différent si avant, elle avait fait d’autres choix. Si par exemple, elle n’avait pas abandonné Eichi et qu’elle se serait rebellée aussitôt contre ses parents, seraient-ils encore ensemble aujourd’hui ? La demoiselle l’ignorait parce qu’autrefois elle était plus faible que maintenant… Le manque de ses amours auprès d’elle, la douleur de ne pas pouvoir être avec eux puis les revoir, inconsciemment, ça l’avait forgé et l’avait motivé à tout laisser tomber rien que pour pouvoir être en famille, enfin.

Ses doigts triturèrent son collier alors qu’elle n’éteignait pas cet éclat accroché à ses lèvres, heureuse et rassurée mais par-dessus-tout, pensive. Elle songeait à Tori mais aussi à ses amies gossips, à leur rencontre, les joies et les pleurs qu’elles avaient partagé toutes ensembles. Sa mise en colocation avec Erika et Keiko. Elle rît légèrement, toute seule dans la rue en se rappelant. Le jour où elles avaient emménagé avait été drôle et même si elles étaient exténuées après avoir tout rangé, elles s’étaient bien amusées. On dit qu’entre filles il y a souvent des conflits néanmoins Yuna n’avait pas le souvenir de s’être déjà fâchée violemment avec elles. C’étaient toujours dynamiques à l’appartement et il n’y en avait pas une pour rattraper l’autre. L’atmosphère qui logeait était toujours chaleureux et agréable hormis en ce moment où la tension restait pesante. La louve s’en était sentie mal mais grâce à Haruka, désormais ça allait mieux puisqu’elle savait que d’ici quelques temps, tout serait remis sur table, les bonnes comme les mauvaises choses et les gossips seraient à nouveau soudées. De toute façon, elles n’en avaient pas le choix. Ni elle ni la renarde ne leur laisseraient le choix. Puis comme Yuna l’avait mentionnée, elles s’aimaient trop pour être en froid aussi longtemps. Une discussion s’imposait et cela leur ferait du bien à toutes, de révéler un peu ce qu’elles avaient sur le cœur. Des secrets, elles en avaient toutes puis étant gossips, rester mystérieuses leur était plus facile à elles qu’à d’autres. Etait-ce raisonnable de se dire qu’elle avait hâte d’être à ce jour où elles se réuniraient ? Même si elle appréhendait aussi… Parce qu’elle devrait y passer également et certainement parler d’elle. Chose qu’elle n’appréciait guère. Elle préférait en général écouter les autres plutôt que se confier mais soit, c’était ainsi.

Perdue dans ses réflexions, l’étudiante ne fit pas attention où elle marchait et trébucha droit devant elle, ses mains heurtant quelque chose de chaud, de dur mais surtout… Musclé. Ecarquillant les yeux à cause de sa maladresse, Yuna effectua un bon en arrière et s’excusa aussitôt de son comportement. A être trop distraite, voilà ce qui arrive, on tombe sur des passants et en plus il avait fallu que cela soit un homme, rien de plus gênant. Elle souffla mal à l’aise, laissant ses pupilles fixer les pieds de l’individu avant de les remonter lentement vers ses jambes, son torse et puis son visage. A nouveau elle manqua de trébucher mais de surprise cette fois-ci en reconnaissant le garçon. Jamais elle ne s’était attendue à croiser quelqu’un et encore moins lui. Cela faisait si longtemps qu’elle ne lui avait pas parlé ni même donner de nouvelles… Il fallait dire que les jours, les mois et peut-être aussi les années les avaient éloigné tous les deux. Elle n’avait jamais songé au fait qu’elle le reverrait un jour de si près encore plus avec l’histoire de sa camarade. Un grand nombre de fois l’envie d’aller lui parler, de savoir ce qu’il devenait et pourquoi il ne se battait pas pour Erika lui avait traversé l’esprit cependant, Yuna n’avait jamais osé. Non pas qu’elle le considérait comme un étranger seulement qu’elle n’osait pas, peur de sa réaction probablement.

- Ryo… Murmura alors la gossip, un doux sourire aux lèvres tandis qu’elle noya ses yeux noisette dans les siens.

Malgré tout, elle était heureuse de le revoir, après tout ce temps. Des questions, elle en avait des tas mais elle se les garderait pour elle pour l’instant. Plus tard peut-être, si elle en avait l’occasion, elle les lui poserait. Et lui aussi, est-ce qu’il allait bien ? A cause de leur article, il avait dû subir beaucoup de damages… Surtout avec le roi, c’était la rumeur du moment dans l’université. Yuna s’excusa intérieurement de lui avoir causé ce souci là, ayant voté pour la parution de cet écrit, c’était en partie de sa faute. Pourtant jamais elle n’avait voulu blâmer Ryo, c’était soit disant pour le protéger des antis néanmoins maintenant qu’elle y songeait, elle commençait à penser que cette décision était idiote. Est-ce que les antis s’en seraient servis contre lui ? Peut-être après tout… Ils avaient agi bien violemment avec le Joker, qui savait s’ils n’auraient pas fait pire pour le valet. Enfin, cela n’enlevait pas culpabilité malgré tout. Elle aurait préféré éviter cette histoire, ne pas apprendre sa liaison avec la reine et qu’il soit heureux avec Erika. Oui, elle aurait voulu ça. Elle lui adressa un énième sourire, souhaitant démontrer qu’elle était contente de le croiser et qu’elle espérait qu’il en était de même pour lui.

- Ça fait longtemps… Comment vas-tu ? Tu n’as pas changé en tout cas hein ? Quoi que… Tu fais plus homme !

Et elle rît timidement, pas très à l’aise. Des retrouvailles après aussi longtemps, c’est souvent difficile de savoir comment se comporter en face de l’autre. Surtout si on ne sait pas ce que ressent cette personne à notre égard à présent. Voilà pourquoi Yuna était malgré tout inquiète… Peut-être que Ryo avait simplement envie de l’éviter et de tracer son chemin. Oui, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité


THIS IS ME

MessageSujet: Re: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   Dim 14 Juil - 22:07

Ryo sortit de l'appartement de Kumi, un sourire satisfait sur les lèvres. Comment une mauvaise action pouvait libéré et laisser ce sentiment puéril mais tellement grisant de vengeance. Il n'avait jamais autant aimé se promener dans le quartier de Roppongi qu'après ça. Il espérait que la pauvre Koda avait compris son erreur et réalisait que non, même s'il la faisait chanter depuis deux ans vis à vis de son statut de Gossip, elle n'avait pas à essayer de prendre le dessus sur lui. Il avait eu déjà de nombreux adversaires et qu'elle lui fasse confiance, il trouvait toujours le moyen de les plaquer au sol sans qu'il puisse se relever. D'ailleurs, sans prétention, s'il avait été un anti, ça ferait longtemps qu'il n'y aurait plus de Karuta ! Si jamais il devait se repentir, il posera sa candidature, mais ça ne risquait pas d'arriver.

Maintenant, tout semblait aller pour le mieux finalement ! Dans quelques jours, il allait enfin quitter cette épouvantable ville qu'il commençait à sérieusement détester tant elle l'étouffait et partir avec Erika. Ce ne serait qu'un week-end légèrement prolongé, mais ça le ravissait néanmoins. Il était à la fois soulagé et tellement heureux que ça se soit enfin arrangé, qu'ils puissent enfin poser les armes, et surtout qu'ils sachent tout les deux très bien où ils en étaient et exactement ce qu'était leur relation. Une relation de couple. C'était toujours difficile pour lui de bien le réalisé, de se dire qu'il avait ce qu'on appelle communément « une copine » ou « une petite-amie » ou il ne savait quoi d'autre encore. Tellement de façon de l'appeler finalement. Mais pour le moment, il se contentera de dire Erika, c'est plus simple. Il avait vraiment hâte et n'arrivait vraiment pas à attendre le départ. C'est sans doute parce que c'était le début, mais au vu du temps qu'ils avaient passés, mais il mourait d'impatience d'y être et de pouvoir passer du temps avec elle.

Ryo entra dans le grand parc qu'il lui ferait office de raccourcie jusqu'à Shibuya et donc son appartement. Il allait devoir passer devant l'immeuble de Jin. La seul ombre au tableau. Ça s’arrangeait un peu, mais ça ne retirait pas ce qui s'était passé. Il revoyait encore et encore l'état dans lequel il était, dans lequel il s'était mis, par sa faute. Ryo ne pouvait se pardonner d'avoir fait autant souffrir la personne à laquelle il tenait le plus, il s'en voulait terriblement, mais ce n'était pas pour autant qu'il acceptait de se distancer de lui. Il se savait égoïste, mais faire le « choix » de s'éloigner de lui parce que la réalité était là : il ne méritait pas son amitié, il ne pouvait pas s'y résoudre. Au contraire, il s'y attachait encore plus, refusant obstinément qu'il ne s'en aille.

Levant la tête, il arrêta d'avancer en voyant au loin une personne qu'il connaissait plutôt bien fut un temps. Peut-être qu'un autre jour, il se serait écarter et aurait continué son chemin, ne tenant pas spécialement à lui parler, mais il était dans un de ses bons jours. Et ça l'amusait de la voir avancé sans faire attention à où elle mettait les pieds. Décidément, Yuna était toujours la même. Elle se rapprochait toujours plus, droit sur lui, et comme par un étrange hasard, trébucha juste devant lui, se rattrapant en posant ses main sur son torse. Il sourit, trouvant la situation plutôt comique et la laissa faire sa fille embarrassée et pencha légèrement la tête sur le côté, accentuant son sourire quand elle leva ses yeux vers lui.

Le Karuta ne put s'empêcher de rire quand elle fit remarquer qu'il faisait « plus homme ». Encore heureux, après ces années qu'il n'ait plus son air d'adolescent paumé. Puis il était encore sous la poigne de sa famille donc son style vestimentaire qui devait répondre au exigences de la richesse Nishikido devait laisser à désirer. Bref, oui, tant mieux.

-Ah tu trouves ? Toi non plus, tu n'as pas changé. Du tout même ! Aussi maladroite et distraite qu'avant, c'est fou quand même ça !

Il rit à nouveau. Charrier Yuna, ça avait toujours été son passe temps favoris avec elle, et visiblement, c'était toujours le cas. Il leva sa main, en guise d'excuse. Mais ça avait été bien trop tentant pour qu'il résiste à la tentation. Ça avait toujours été comme ça avec elle. Ils n'avaient jamais été les meilleurs amis du monde et se voyaient plus par obligation que par envie, mais au fond, ils s'aimaient bien. Ou se supportaient, au choix. Il la voyait souvent à la TU mais n'avait jamais cherché à renouer le contacte avec elle. Il n'en voyait pas l’intérêt et elle aussi, elle faisait toujours partie de ce monde qu'il fuyait, mais aujourd'hui, ça ne le dérangeait pas, ou plutôt plus.

-Oui, ça fait longtemps, reprit-il finalement avec un doux sourire aux lèvres.

Il avait par contre déjà songé à se renseigner sur ce qu'elle devenait, sans pour autant le faire pour une fois. Tori, le père de son fils était aussi dans l'université. Est-ce qu'elle était retournée vers lui contre l'avis de ses parents ou était-elle toujours sous leur emprise à ne pas oser ? Il s'était souvent posé la question, à cet instant aussi, mais il ne voyait pas comment venir sur le sujet.

-Alors, à part une étudiante en lettre, qu'est ce que tu deviens ? Si déjà on se croise, chose qui n'arrive jamais, autant en profiter, tu ne crois pas ?

Un grand sourire se dessina sur ses lèvres, comme pour noter l'urgence de ce qu'il venait d'avancer, puis il désigna de la main un banc non loin d'eux, lui proposant de se poser un peu. Autant être à l'aise pour connaître les nouveautés de celle qui, en secret, se faisait appeler la Louve.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité


THIS IS ME

MessageSujet: Re: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   Lun 15 Juil - 22:00

Un rire. Un simple rire et la jeune femme fut rassurée. Ryo n’avait vraisemblablement pas l’intention de s’en aller ou de l’ignorer. Et ça lui faisait plaisir. Après tant de temps sans plus aucune nouvelles de l’autre, se retrouver ici, dans ce parc n’était pas commun mais surtout, un étrange hasard. Elle sourit amusée à sa remarque et en leva même les yeux au ciel avant de se détailler de haut en bas. Effectivement, le valet avait raison, elle n’avait pas trop changé. Toujours l’esprit ailleurs, toujours aussi maladroite et toujours avec le sourire. Néanmoins à son geste d’excuse, en guise de provocation, Yuna fronça les sourcils, signe qu’elle ne lui pardonnait pas. Son rire la trahit bien vite toutefois… Malgré tout son camarade avait l’air de se porter plutôt bien. Et dire qu’elle n’appréciait pas cet éclat sur ses lèvres serait mentir. Le sourire de Ryo, elle l’avait longtemps admiré. C’était un jeune homme charmant et cette esquisse était certainement le principal atout de ses charmes. Ses yeux, ils avaient souvent un air sévère, même effrayant parfois cependant lorsqu’il souriait, toutes ces expressions s’effaçaient et une douceur innocente embellissait son visage.

Elle rigola légèrement en le voyant, apparemment, si joyeux de s’être recroisé et de pouvoir ainsi donc parler du bon vieux temps mais aussi, de ce qu’ils étaient devenus, s’ils avaient grandi ou s’ils étaient encore ces satanés gamin du passé. Elle hocha vivement sa tête, un « Hum ! » ravi s’échappant dans sa bouche alors qu’elle regardait le banc que le Karuta désignait. Autrefois, ils se chamaillaient tout le temps tous les deux, un chat et une souris ne valait pas mieux qu’eux mais dans le fond, ils s’appréciaient… Du moins, Yuna l’appréciait. Maladroitement, Ryo avait été là pour elle lorsqu’elle avait été contrainte de quitter Tori, qu’elle avait laissé son enfant s’éloigner loin d’elle mais le temps avait repris son cours, chacun s’occupant de son côté sans réellement donner de nouvelles à l’autre. C’étaient leurs parents qui les réunissaient pour la plupart lors des grands dîners familiales et ils étaient obligés de se supporter, se cherchant des embrouilles, tout le temps. « C’est lui qui a fait ça ! », « Mais maman c’est la faute à Ryo ! », ce genre de phrases, combien de fois la louve l’avait-elle sorti ? Elle ne les comptait même plus tellement il y en avait eu. Ils se disputaient, se chamaillaient, se disputaient encore… Jamais un geste d’attention ou quelque chose qui aurait pu montrer que ses querelles enfantines avaient créé un lien entre eux et qu’ils s’appréciaient pour de vrai. Plus elle y songeait, plus elle se disait que ça arrangeait bien sa mère que leur relation soit aussi désastreuse. Elle n’avait jamais été pour que sa fille s’entende avec qui que ce soit si cela n’allait pas dans son sens alors oui, cela devait l’arranger. Que dirait-elle à présent si elle apprenait qu’en réalité, Yuna éprouvait une profonde considération à propos de Ryo, qu’il était le premier à avoir su concernant Eichi et Tori mais surtout qu’il avait agi en véritable ami à ce moment là ? Elle jubilerait de rage. La jeune femme en était certaine. A le contempler avec attention, elle ne pouvait que constater qu’il était différent aujourd’hui, qu’il avait mûrit et il semblait rayonner. C’était la première fois qu’elle le voyait ainsi et cela la touchait. Il avait l’air heureux alors c’était tant mieux. Peut-être que sa vie lui réussissait finalement. Malgré les racontars, malgré la dure vie que les Karutas devaient subir en ce moment, Ryo paraissait ne pas se laisser abattre. Elle sourit tendrement et lui fit signe de s’assoir, qu’elle revenait.

Elle avait repéré quelques distributeurs un peu plus loin donc, sans la moindre hésitation, Yuna s’échappa en cette direction. Deux centaines de yens dans la machine et elle retourna près du valet, des boissons rafraîchissantes entre les mains.

- Tiens, Rétorqua-t-elle en lui tendant la sienne, une esquisse somptueuse enjolivant son visage.

Trempant ses lèvres contre la canette, la demoiselle poussa un profond soupir de bien-être. Cela détendait tellement ! Toujours aussi joyeuse, elle cogna prestement ses fesses contre le banc, s’installant au côté de Ryo et se mit à rire doucement sans savoir réellement la source de cet amusement. Peut-être qu’elle se sentait juste bien et qu’elle avait hâte d’en découvrir un peu plus sur ce que devenait le valet de pique.

Elle posa sa boisson sur ses cuisses, la gardant néanmoins entre ses mains et détourna ses prunelles vers le jeune homme qui devait commencer à s’impatienter de n’obtenir aucune réponse.

- Tu veux savoir ce que je deviens ? Et bien pas grand-chose, figure-toi !

Un rire cristallin s’enfuit de sa bouche afin de compléter ses paroles. C’était vrai… Parler des gossips étaient déconseillés alors à propos du reste, il n’y avait pas grand-chose à redire. Tori, certes, néanmoins elle ne savait guère si converser de ses amours intéressaient vraiment le Karuta. Donc pour l’instant, elle préférait garder cela pour elle.

- J’habite à Shibuya, avec deux colocataires merveilleuses…

Pas si merveilleuses que ça en ce moment à cause des tensions qui y régnaient mais Yuna s’abstiendrait de commentaires à ce sujet. Les choses allaient s’arranger… Elle y croyait.

- … Et les études se passent plutôt bien ! Je suis une battante alors je ne flanche pas ! Je reste fidèle à moi-même vois-tu ?

Souriant de bon cœur, elle approcha son visage près du sien, élargissant l’esquisse sur ses lèvres et enchérit :

- Et toi mon cher Ryo ? Que deviens-tu ? Ce n’est pas trop dur d’être un Karuta ? Parce que vous êtes bien beau tous les cinq mais un peu lourd parfois non ? Surtout le valet de pique.

Et elle sifflota, fière de sa remarque. Décidemment, même leur relation ne changeait pas vraiment et c’était très bien ainsi. Toujours à s’envoyer des pics – Tient encore un pique ! Qu’est-ce qu’il était agaçant ce valet ! – mais c’était pour la bonne cause. En fait, c’était affectif. C’était leur manière à eux de se dire qu’ils s’aimaient. En quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité


THIS IS ME

MessageSujet: Re: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   Dim 4 Aoû - 20:36

Le plus docilement du monde, Ryo suivit Yuna jusqu'à un banc un peu plus loin. Il la laissa s'en aller tout de suite après et resta perplexe en la voyant s'éloigner, ne comprenant pas vraiment. Il n'avait jamais réussi à vraiment comprendre la jeune femme de toute façon. Elle était toujours calme, toujours réservé. Ça l'agaçait quand il était plus jeune, mais l'amusait aussi, parce que c'était facile de la mettre dans des situations improbable et qu'elle aille pleurnicher chez ses parents, l'accusant de tout les mal. Par chance, il s'arrangeait pour le faire quand ils étaient seuls pour que ses parents ne le sachent pas. Sinon, il en entendait parlé et sévèrement. Surtout de la part de son père. Dans la haute société, les Ito avaient une grande réputation, et il tenait à ce que son fils entretienne de bons rapports avec eux, et donc avec leur fille. Mais Yuna, c'était plus fort que lui, et surtout tellement facile.

D'un sourire, il la remercia pour la boisson et la laissa s'installer à côté de lui. Une chose était certaine, elle était heureuse. Soit, elle avait toujours eu cette manie inquiétante de sourire en permanence, mais là, ça sonnait un peu plus vrai. Il arqua un sourcil quand elle déclara qu'elle ne « devenait pas grand chose » et il avait un peu de mal à y croire. Après toutes ces années, quand même !
Pour les colocataires, il savait déjà. Et c'est vrai, elles étaient merveilleuses ! Il aurait été vraiment mal placé pour dire le contraire. Que ce soit Erika ou Keiko, il connaissait assez bien l'une et l'autre pour confirmer ses dires. Il ne savait pas vraiment comment se passait leur colocation à toutes les trois. Erika ne s'en plaignait pas. En fait, elle ne lui en parlait pas vraiment et il n'avait jamais posé de questions à ce propos.

Il s'amusa de sa remarque sur ses études et approuva. C'est vrai que c'était une « battante ». Elle avait toujours eu cette tendance à être la meilleure à l'école, ses parents vantaient souvent les brillants résultats de leur fille. Pour sa part, il avait également toujours eu des résultats correctes, mais c'est parce qu'il y était forcé. S'il ramenait une note qui ne convenait pas à sa génitrice – car c'était elle qui était la plus portée sur la scolarité – il passait ses week-ends avec un professeur particulier jusqu'à ce que la leçon soit totalement assimilé.

Un rire exagéré se fit entendre quand elle eu l'audace de déclarer que les Karuta étaient « lourd » et surtout le Valet de Pique. Lui lançant un regard qu'il tentait de rendre sévère, il s'exclama sur le ton d'usage :

-Hey ! Je ne te permets pas ! D'après ce qu'on m'a dit, ce Valet est vraiment adorable. Le meilleur des Karuta d'ailleurs !

Bon, même lui en fait ne le pensait pas. Surtout en ce moment, il faisait ses preuves en « mauvais Karuta » vis à vis de Jin. Qu'il se souvienne, c'était bien la première fois qu'il laissait filtrer quelque chose en sa défaveur. Martyriser des Tougous, dicter sa loi, se montrer dur et méchant, il le voulait bien. Ça, pas vraiment.

-Tu te moques de moi sinon ? C'est tout ce que tu as à dire ? Fais un effort, Ito !

Ça l'amusait de l'appeler par son nom. Quand ils étaient adolescents, elle détestait ça et ça l'énervait systématiquement. Peut-être que ça ne marchait plus aujourd'hui. Après tout, elle avait bien grandit et avait quitté l'âge ingrat dans lequel ils étaient à l'époque. Le collège, les premiers problèmes qu'on s'imaginait sérieux... Tout ça. Maintenant elle avait grandi. Et bien. La dernière fois qu'il l'avait vu, ce n'était déjà plus une adolescente. Elle avait été propulsé à l'âge adulte en un rien de temps. Ah, la maternité.

-Moi ? Eh bien, je ne deviens pas plus que ce que tu dois en savoir. Un gentil étudiant bien sage et tranquille qui fait sa vie. J'habite à Shibuya aussi. J'ai une colocataire qui a quatre pattes et ne fait pas plus que quelques centimètres de haut. Un voisin fait de trèfle. Une vie passionnante en somme.

Il sourit sans rien ajouter de plus. Pour Erika, elle savait sans aucun doute qu'il y avait quelques choses entre eux sans peut-être connaître l'officialité de la chose, comme ce n'est que tout récent. Et pour les Karuta, il se voyait mal en parlé. Actuellement, ça le mettait mal à l'aise. Jin pour l'article, Meisa et Koki pour le tribunal. C'est pour ça qu'il ne pouvait qu'évoquer Shige actuellement. C'était bien trop compliqué.
Prenant son sérieux, il regarda Yuna, hésita une seconde, puis décida qu'il n'avait rien à perdre avant de demander.

-C'est peut-être un peu discret, mais tant pis ! Je crois souvent le père de ton fils à la TU... ça s'est arrangé ?

Il avait dit « père de ton fils » car il ne savait pas comment dire autrement. Au dernière nouvelle, ils n'étaient plus ensemble. Peut-être que les choses avaient changé depuis ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité


THIS IS ME

MessageSujet: Re: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   Mar 20 Aoû - 20:33

S’esclaffant de rire, Yuna ne cacha pas sa joie face à la réaction du valet de pique. Il ne changeait vraiment pas. « Vraiment adorable » ? « Le meilleur des Karutas » ? Ne se vantait-il pas un peu trop celui-là ? Elle sourit et le contempla avec attendrissement, ne pouvant s’empêcher de penser au fait que tous deux, malgré tout, avaient bien grandi. Ils n’étaient pas les plus proches cependant se perdre de vue comme ils l’avaient fait n’avait pas aidé quant au bien de leur relation. Ils s’étaient éloignés et se retrouvaient quelque peu aujourd’hui, discuter, Yuna ne le lui avouerait probablement pas à voix haute néanmoins cela lui faisait plaisir. Très plaisir. Enfin sauf quand le nom « Ito » s’échappa de la bouche de Ryo, la forçant à froncer sévèrement les sourcils, pas très contente de ce surnom. Son ami savait qu’elle ne supportait pas quand il l’appelait ainsi ! En particulier dans le passé, toujours avec ses « Ito » par-ci et ses « Ito » par là. Yuna râlait, lui courant après en criant d’arrêter sinon elle révélerait au monde entier l’énergumène qu’était Ryo Nishikido ! Tous deux étaient de vrais garnements à l’époque, jamais un pour rattraper l’autre. Ils se chamaillaient, se frappaient gentiment, se chamaillaient encore et encore mais ils s’amusaient aussi parfois. Quand elle avait rencontré Tori, la jeune femme avait commencé à changer, à grandir et Ryo avait sûrement du le remarquer. Elle n’était plus cette gamine d’autrefois, l’amour la transformait et au fil des jours qui avançaient, elle devenait de plus en plus féminine, plus mature également. C’était certainement à cet instant là que leur relation s’évaporait lentement, les éloignant petit à petit. Ils se chamaillaient toujours certes mais sur des choses moins stupides et parfois ils s’en blessaient mutuellement, ne s’excusant jamais, trop de fierté. Et malgré tout, Ryo avait été le premier présent lors de sa séparation avec son bien aimé même s’ils ne se côtoyaient pratiquement plus à cet instant là. Le principale était que malgré leur éloignement, malgré leurs multiples disputes et leurs bêtises stupides, Ryo était à ses côtés à la période la plus douloureuse de son existence.

Yuna lui sourit alors, faussement vexé de ce surnom et l’écouta conter à son tour sa vie passionnante. Lui non plus ne s’aventurait pas trop à détailler plus son quotidien, juste les bases. Ce qui la fit sourire, c’était dommage… Elle aurait apprécié en connaître plus sur sa relation et surtout ses sentiments envers Erika. Bien trop curieuse, Yuna s’était posé beaucoup de questions jusque là et elle n’avait pas osé relancer le sujet avec sa camarade, ne sachant pas où elle en était avec ses amours. Mais elle aimait Ryo, c’était certain… Rien qu’au travers de ses pupilles, l’amour que la panthère éprouvait pour le Karuta était beau mais surtout… Evident. Alors elle priait intérieurement que cela se soit arrangé entre eux.

Mais contre toute attente, c’était le valet lui-même qui l’interrogea à propos de son petit ami. Ce n’était là qu’une preuve en plus du ô combien Ryo s’était intéressé de cette histoire mais surtout, qu’il s’en était tourmenté. Elle sourit alors tendrement, accompagnant cette esquisse d’un hochement de tête.

- Oui, ça s’est arrangé. Il y a peu, Avoua-t-elle en noyant ses prunelles dans les siennes, Je l’ai croisé par hasard et j’ai cru que j’allais mourir si je le laissais partir à nouveau. Alors j’ai craqué… Je lui ai dit toute la vérité.

Parfois elle y songeait et se disait que c’était la meilleure décision cependant d’un autre côté, elle en était effrayé. Être égoïste n’amenait rien de bon… Mais elle voulait tellement être avec eux, créer cette famille, vivre au côté de Tori. Résister lui avait été difficile… Même impossible. Son amour était si immense, même ceux des séries télévisées n’étaient rien comparé à cet amas de sentiments qui bouillonnait en elle.

- On est à nouveau ensemble et je vais bientôt pouvoir voir notre fils. J’ai hâte ! Tellement hâte ! Je pourrais enfin le serrer dans mes bras !

Tout en rétorquant ces mots, la demoiselle croisa ses bras entre eux, les compressant fort comme pour mimer un gros câlin alors qu’un sourire tendre se formait sur ses lèvres. Elle était si heureuse qu’elle avait du mal encore à tout réaliser. Elle plaqua aussitôt sa main contre sa bouche, surprise de s’être subitement autant extasiée et inclina sa tête en guise d’excuse. Regagnant son calme, la gossip riva son regard au loin devant elle tandis qu’elle agitait ses jambes en-dessous du banc, pensive.

- J’évite de le lui dire mais… J’ai peur, Rétorqua-t-elle sans détourner ses iris, Il a dit qu’il me protégerait, qu’il nous protégerait mais avec mes parents, on peut s’attendre à tout… Alors j’ai peur. Je ne veux pas qu’il leur arrive quoi que ce soit. Ils sont tout ce que j’ai.

Et si elle les perdait, jamais, ô non jamais, Yuna ne s’en remettrait. Certains se moqueraient d’être autant attaché à des personnes néanmoins quand on aime, plus rien n’importe. Sa vie c’était eux et même si elle en était effrayée, elle acceptait de croire en leur bonheur à tous les trois. Elle n’était plus aussi faible qu’auparavant et refusait de laisser ses parents lui dicter sa vie.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


THIS IS ME

MessageSujet: Re: Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des retrouvailles qui tombent à pique ♠ [Yuna and Ryo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ MOUAHAHAHAH. :: Parc-